Pour elle

Paulette Journuy

Partagez

Vous ai-je déjà parlé d’Odile Bailloeul ? Une créatrice originaire du Nord et qui vit désormais en Pays de Loire (son atelier est à tomber). N’hésitez pas à aller voir son blog et sa boutique. Son univers est magique et plein de couleurs. Dans ces temps moroses, et bien ça fait du bien ! 

Elle réalise de petites souris adorables et sa page facebook regorge d’histoire de leur vie. C’est magnifique.

Comme vous l’aurez compris, je suis fan d’Odile. Merci maman de me l’avoir fait connaître. 

Lors de l’Aiguille En Fête en février dernier, j’ai pu la rencontrer. Elle est très gentille, très abordable et ne se prend pas la tête. Elle parle de ses souris avec amour. J’ai acheté un kit pour les souris (toujours pas cousues) et de Paulette Journuy.

Je vous présente aujourd’hui Paulette : une charmante madame chat toute colorée… biface. 

Un côté jour : les yeux ouverts, une petite robe, ses bas et ses ballerines.

 

Un côté nuit : les yeux fermés et en pyjama.

Elle est en velours (tout doux) imprimé en France lavable en machine. Elle a également un compagnon : Gaston et un bébé Camille. Elle a aussi un sac que je n’ai pas (encore) cousu parce que ma puce a encore un peu de mal avec les accessoires et ils ne font généralement pas long feu (j’entends par là qu’elle les perd facilement).

Bon ce n’est pas bien compliqué : il suffit juste de découper les dessins, de les assembler, de retourner (c’est là que ça se gâte parce que c’est très étroit au niveau des bras, j’ai bien galéré) et de les rembourrer (ça c’est la partie sympa parce que c’est là qu’on voit bien ce que ça donne). 

Je l’ai cousu comme ça, j’étais montée dans mon atelier pour regarder quelque chose dans un livre et je l’ai vu, je m’y suis mise… 2h plus tard Paulette dormait gentiment avec Héloïse. Vous auriez entendu le réveil ! Elle était heureuse comme tout (du coup moi aussi). Maintenant elles ne se quittent que lorsque ma puce sort de la maison. 

5 commentaires sur “Paulette Journuy

  1. C’est très mignon et ça me rappelle de tendres souvenirs: chez ma grand-mère il y avait une poupée de chiffon qu’on appelait « qui rit/qui pleure » car elle avait une face souriante et une face où elle était triste!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :